Motherhood

Ce que mes amis subissent depuis que je suis maman

5 février 2018

J’ai été la première de ma bande d’ amis à avoir des enfants. Je n’ai donc jamais vraiment du subir les élans de maternité de mes copines. Je n’ai jamais encore du supporter les hurlements d’un de leurs rejetons.

Par contre, on peut dire que de mon côté,  je leur en fait voir quand même pas mal. Je suis passée de la fille discrète comme un éléphant, qui claque les portes et parle trop fort, à la nana qui fait chuchoter les gens pendant un apéro.

Et oui, la maternité ça vous change une femme. C’est incontrôlable et ça vous prend par derrière sans que vous ne l’ayez vu venir. Méfiez vous, c’est vicieux.

Heureusement que mes amis m’aiment hein?!

Je leur fait subir tout un tas de trucs tordus et sans gêne, quand j’y pense…

– S’il y a bien une chose qui doit être insupportable de ma part, c’est cette manière que j’ai de toujours entendre l’un de mes enfants pleurer. Même lorsqu’ils sont à 1000km. Alors je coupe toutes les conversations de façons très impolie du style:”Attends attends !! Chuuuut chut chut! T’as pas entendu un truc là?!!” En général, c’est seulement le ronronnement du frigo ou une aération qui se met en marche.

– Mon interphone est devenu un accessoire inutile. Je le décroche à partir d’une certaine heure de la journée (pour éviter de fracasser le facteur s’il me réveille l’un des deux). Mes amis ne sonnent plus. Je reçois généralement un “j’arrive” ou un “je suis en bas” et je sais que je dois ouvrir la porte. Si ton téléphone n’a plus de batterie, tu risques de passer un bon moment dehors.

– Ils savent que je peux parler de tétons, de fesses irritées ou de constipation à tout moment. Ça arrive comme ça sans prévenir. Surtout si l’un de mes marmots est dans les parages. Mais j’ai toujours été assez “distinguées” à ce niveau donc ils ne sont pas vraiment choqués. Heureusement qu’il n’ y a pas trop de tabous entre nous.

Non! Je ne leur demande pas de renifler les fesses du petit dernier pour savoir s’il faut le changer ou pas. Quoi que…Peut être bien que c’est arrivé !

– Aujourd’hui, je peux envoyer un message à 6h54 du matin mais mes potes savent qu’il ne faut pas essayer de me joindre entre 18 et 20h. Ils savent aussi qu’à moins que ce soit une décision spontanée (car je suis pompelup après deux bières), je n’ai plus vraiment envie de sortir jusqu’au petit matin. Enfin…C’est plus une histoire de force que d’envie.

Avant à 20h, l’apéro était déjà bien entamé, on commençait à chanter des classiques de la musique française comme Larusso ou K-maro. À 20h aujourd’hui, je fais faire la tournée des bisous aux garçons avant d’aller les coucher. Évidemment, y’en a toujours un pour les chatouiller et me les exciter avant de dormir mais c’est de bonne guerre. Et puis, je disparaîs…10, 20, 30, 40 min parfois plus les soirs où le marchand de sable n’est vraiment pas coopératif. Et je reviens, comme si de rien n’était, quelque peu aveuglée par la lumière après avoir passé trois plombes dans le noir à chanter “une chanson douce” et “la famille tortue”.

Je suis beaucoup moins mobile que lorsque je n’avais pas d’enfant. J’étais toujours prête à traverser Paris mais maintenant, c’est toujours mes amis qui font le trajet et c’est super cool de leur part d’ailleurs. Stratégiquement, c’est plus pratique. Il faut dire que la plupart du temps, je me tape le trajet Dresde – Paris, seule avec les enfants donc je fais quand même un bout de chemin.#lafillequisedonnedesexcuses

– Je suis pratiquement tout le temps en contact avec mes amies grâce à un groupe sur WhatsApp. L’une m’envoie des vidéos d’elle lors de la Full moon Party en Thaïlande et l’autre me raconte qu’elle s’est encore faite enlever sa caisse qu’elle avait laissé sur une place de livraison à Paris et moi…j’envoie des photos et des vidéos de mes fistons dans toutes les situations, du matin au soir. Pas une seule fois, elles m’ont dit que j’étais gonflante! Ça, c’est des vraies potes!

J’ai beaucoup de chance de les avoir. Je sais qu’une jeune maman peut être parfois exaspérante pour des nullipares. Mais je me rends compte que mes amis ont un seuil de tolérance assez important et c’est vraiment chouette. Certains sont cash et me disent que ma vie ne les font pas rêver. Pas tous les jours du moins. Mais leur tour viendra Mouahahahah!

J’espère qu’ils continueront de me dire de la fermer quand je leur demanderai s’ils n’ont pas entendu quelqu’un pleurer dans le couloir au beau milieu d’une conversation.

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Mam'Weena 5 février 2018 at 21 h 36 min

    Ah ah, le coup des pleurs fantômes, tellement fréquent … même à mon mari, je suis tout le temps en train de lui demander de couper le son …
    En tout cas, tu as de la chance d’avoir une bande d’amis comme ça, nous, on a tous fait des enfants en même temps, ça fait des réunions animés mais ça laisse peu de temps entre …

  • Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :