Mood

Peut on regretter d’avoir fait des enfants?

2 novembre 2017

Vous allez vous dire que mes enfants ont du me pousser bien à bout pour en arriver à un titre pareil.

Rassurez vous, mes fistons vont très bien, je ne m’en suis pas encore débarrassée et je crains que de toutes façons, ça ne soit plus vraiment possible.

Je vous passe le chapitre de “je les aime de tout mon coeur, ils sont toute ma vie, je pourrai tout faire pour eux…patati et patata” car c’est une évidence.

Aujourd’hui, on va plutôt parler des jours ou on se surprend à moins les aimer pour des raisons parfois irrationnelles. Des jours, où même à seulement 3 ans, on se verrait bien l’envoyer en pension (la menace suprême quand je faisais des conneries petite), les brader sur le bon coin et on se demande même ce qui nous a pris de faire des enfants.

Et ouai, ça m’arrive…C’est furtif mais ça m’arrive.

Généralement, c’est pendant ou juste après une grosse colère ou un moment de stress. Vous voyez, entre 17 et 19h, lorsqu’aucun des deux n’a voulu faire de sieste et qu’ils font tout le contraire de ce que vous leur dite.  Un moment où je n’aurais pas su gérer mes émotions et les leurs. Donc une fois calmée, bonjour la culpabilité…

En même temps, je rêve de petits garçons calmes, tempérés et concentrés… comment leur demander d’être ce que moi même je n’arrive pas à être? Faudrait arrêter de rêver Simone… Mais ils ont cette manière de vous pomper toute votre énergie en 10 minutes, c’est impressionnant!

La première fois que j’ai eu ce sentiment, c’était quelques heures après la naissance de Mister A. On était en unité kangourou car il est arrivé un peu tôt et je le regardais en pleurant. Je me disais que j’avais fait une énorme bêtise, que je n’arriverai jamais à m’occuper correctement de mon fils et qu’il ne serait jamais heureux. Vive le babyblues!

Il m’arrive aussi, dans des moments plus calmes cette fois ci, de repenser à comment était ma vie avant, quand je ne devais m’occuper que de moi. Mais aussi à ce qu’elle serait si je n’avais pas mes merveilles.

Je repense à quand je pouvais prendre 3 douches par jour, dormir dans l’avion ou simplement dormir tout court. Cette époque où on sortait tous les deux en même temps sans se demander qui gardera les petits. Ou même, rentrer du boulot, enfiler un pyjama et regarder toute une saison d’une série d’affilé en mangeant des Curly et des tartines de Nutella.

Forcément, j’y pense parfois.

Mais ça ne veut pas dire que je regrette d’avoir eu des enfants. Ça signifie simplement que souffler un bon coup est parfois nécessaire afin de se rendre compte de la chance qu’on a et du bonheur qui est là, sous nos yeux. On a tous une petite part d’égoïsme en nous qui aimerait jaillir de nouveau et que l’on entre-aperçoit dès qu’on est frustré de ne pas pouvoir faire ce qu’on voudrait faire quand on avait prévu de le faire.

Ça fait beaucoup de “faire”, je te l’accorde!

Je m’autorise le droit d’être parfois fatigué(e), de flancher, de douter et d’être un petit peu nostalgique. Mais dans 15 ans quand ils n’auront presque plus besoin de nous, on sera certainement nostalgique de cette époque où ils étaient nos bébés, non?

Je me dis rarement que j’ai été folle de faire des enfants dans un monde pareil. On ne regarde pas les infos, on a pas la TV à la maison mais il suffit d’ouvrir son ordinateur ou d’allumer son téléphone pour recevoir toute la violence de l’actualité dans la tronche. Je suis plutôt de ceux qui pensent que nos enfants seront les hommes et les femmes de demain. Il faut donc s’atteler à leur inculquer les bonnes valeurs, le respect de la vie et l’altruisme tout en essayant nous même d’appliquer ces valeurs.

Donc non, quand la sombre idée de regretter d’avoir fait des enfants m’effleure, ce n’est pas parce que je trouve que notre planète est en déclin (même si c’est aussi le cas) c’est parce que je suis une grosse égoïste qui aimerait bien se la couler douce de temps en temps. Ce n’est que ça…rien de bien grave, vous l’avez compris.

Bien sur que non, Mister A n’ira pas en pension et Little A ne finira pas en vente sur Ebay. Je les garde jusqu’a ce que EUX veulent se débarrasser de moi !

Est ce que ça vous arrive à vous de regretter d’avoir fait des enfants? Soyez honnêtes!

You Might Also Like

15 Comments

  • Reply Julie 2 novembre 2017 at 9 h 00 min

    Je trouve ton article très courageux ! Et je suis d’accord avec toi, je me demande parfois quelle sera ma vie si la n’avais pas eu mon fils, surtout que j’en suis plutôt jeune pour être mère, je me rappel des fois où je pouvais dormir jusqu’à 12h ou sortir à l’la dernière minute à peu près tout les soirs. Maistout comme toi, je ne regrette absolument pas, parfois c’est la fatigue et la frustration qui nous font penser ce genre d’en choses, mais on est humain c’est normal, c’est pour ça qu’on culpabilise juste après, parce qu’en vrai, c’es T’a meilleure chose qu’on est jamais faites !

    • Reply Marine TBM 2 novembre 2017 at 9 h 08 min

      Il faut dire qu’ils ont un don pour nous faire tourner en bourrique mais oui, heureusement qu’on les aime ❤️

  • Reply maman debrouille 2 novembre 2017 at 9 h 48 min

    j’adore, j ai bien ris

    • Reply Marine TBM 2 novembre 2017 at 10 h 09 min
  • Reply Chamallow Addict 2 novembre 2017 at 10 h 37 min

    Oh oui !! Disons pas regretter mais parfois avoir une vie sans stress sans cris sans s’angoisser pour eux. Mais ça on ne l’aura plus jamais !! Mais j’ai 2 garçons de 8 et 2 ans et la je ressens bien ça !!

    • Reply Marine TBM 2 novembre 2017 at 10 h 43 min

      C’est pas évident mais on s’accroche! J’ai vraiment l’impression que les garçons sont plus épuisant que les filles

  • Reply Moon 2 novembre 2017 at 15 h 42 min

    Je comprends tout a fait, je ne regretterais jamais mes amours de ma vie, je ne pourrais pas vivre sans elle. Mais y a des jours je regrette, épuisée, l’époque où je pouvais dormir toute la journée, aller danser le soir, voir des amis, partir en week end improvise, ne pas passer les journées a faire le ménage… des fois j’ai envie d’être seule et égoïste

    • Reply Marine TBM 2 novembre 2017 at 16 h 09 min

      Nostalgie quand tu nous tiens! J’ai hâte de passer l’aspirateur à 9h du mat un dimanche matin quand ils rentreront de soirée GNARK GNARK GNARK

      • Reply Alicia Aime 2 novembre 2017 at 20 h 14 min

        ah ah j’adore. Moi j’en pas encore de monstre mais je sens que le même genre de pensées va me traverser à interval régulier…

        • Reply Marine TBM 2 novembre 2017 at 20 h 17 min

          C’est dur parfois de ne plus pouvoir s’occuper de son petit nombril ( malgré tout l’amour qu’on leur porte bien sûr )

  • Reply Miss Dada 2 novembre 2017 at 21 h 32 min

    Je me dis parfois que je n’étais pas prête à en avoir deux, en plus, le deuxième a des besoins particuliers alors ce n’est pas rose tous les jours! Même si ce sont mes deux petits coeurs d’amour <3

    • Reply Marine TBM 2 novembre 2017 at 21 h 36 min

      Le deuxième n’était pas prévu chez nous ( le premier non plus d’ailleurs merci l’hyerfertilité) mais 20 mois d’écart c’est vraiment du boulot. On a parfois même plus le temps d’en profiter. Heureusement, ça commence à s’arranger maintenant que mon deuxième à un an mais quelle année on a eu !!

  • Reply Mam'Weena 2 novembre 2017 at 22 h 33 min

    Ah ah ah, j’avoue, ça m’arrive de temps en temps de buguė et de me demander quelle folie nous a pris (et nous prendra encore ), surtout quand j’ai besoin de calme … d’ailleurs quand le Breton rentre trop tard, je lui dit que j’ai vendu les garçons (ou que j’en ai pris un pour taper sur l’autre)
    Et en même temps, je suis sûre qu’on s’ennuierai sans eux et qu’on trouvera que le temps a passé trop vite quand ils quitteront le nid.

    • Reply Marine TBM 2 novembre 2017 at 22 h 36 min

      Le paradoxe des mamans 😉

  • Reply oror404 3 novembre 2017 at 12 h 02 min

    Non mais parfois je regrette de ne pas vivre plus près de la famille pour pouvoir passer un peu plus de temps en amoureux (heureusement les babysitters existent)

  • Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :