Browsing Tag

allaitement long

Motherhood

La fin de notre aventure

16 août 2018

Vous savez que quelle aventure je parle ?

De l’allaitement de Little A bien sur!

J’en ai régulièrement parlé ici, , et et j’ai eu pas mal de questions concernant les raisons mais aussi comment j’ai mis fin à cet allaitement qui m’apportait pourtant tellement de satisfaction. Je vais donc tenter de vous répondre.

La première tétée de Little A à eu lieu le 22 Aout 2016 quelques minutes seulement après sa naissance et sa dernière était le 13 juin 2018, peu avant que je m’envole 5 jours pour la Réunion.

Notre allaitement en quelques chiffres:

22 mois d’allaitement

0 cent dépensé pour du lait en poudre

environ 5000 tétées

0 biberon lavé

7 remarques désobligeantes

Des tonnes d’Amour et de câlins

Pourquoi la fin?

Je ne suis pas fière mais j’ai cédé à la pression ressentie autour de moi. Ma famille, mes amis et même mon mec qui est pourtant un grand défenseur de l’allaitement, ont commencé à me dire qu’ils trouvaient Little A trop grand pour continuer.

Évidemment, dès ses 6 mois, on a commencé à me poser la fameuse question “Et sinon! Tu passes quand aux biberons?”. Mais j’ai tenu bon. Enfin, j’ai plutôt fait ce qui nous convenait le plus à mon bébé et moi c’est à dire ignorer les mauvaises langues.

Puis, il a eu un an, un an et demi et enfin presque 2 ans quand l’opportunité de ce séjour réunionnais s’est présentée. Après en avoir discuté avec mon Allemand mais en ayant l’impression de ne pas être prête du tout, nous avons décidé de mettre fin à cette aventure.

J’ai immortalisé cette dernière tétée et je me suis envolée le coeur un peu lourd. Heureusement, la magie de ce voyage m’a aidé à ne pas y penser et tout s’est très bien passé. À mon retour, Little A a bien tenté de glisser sa petite main dans mon soutif comme il le faisait avant mais je lui ai bien expliqué que c’était terminé, qu’il n’y avait plus de lait ici mais qu’il pouvait toujours me faire un câlin s’il le souhaitait.

Deux mois plus tard, c’est bel et bien fini. Parfois, lorsqu’il dort dans mes bras, il glisse encore ses mains sous mon t-shirt.

Quelques fois aussi, il s’approche de moi et pointe ma poitrine du doigt en disant :”Y’en a plus!” Il sous entend qu’il n’y a plus de lait mais vous pouvez aussi comprendre qu’il n’y a plus de nichon non plus.

Je les ai rangé jusqu’à ma prochaine grossesse si prochaine grossesse il y a un jour.

 

 

Motherhood

Allaitement long, mon expèrience

27 novembre 2017

Je n’aurais jamais imaginé allaiter mon fils aussi longtemps. Il vient d’avoir 15 mois et je ne pensais pas être capable de produire du lait aussi longtemps.

Je ne pensais dejà pas atteindre les 3 mois alors autant vous dire que 15 mois, c’était inespéré.

Depuis le début, cet allaitement est d’une facilité déconcertante. Comme si c’était quelque chose qui faisait partie de moi et qui était naturel. Pourtant, je me souviens très bien du fiasco qu’a été mon premier allaitement. Mais aujourd’hui, je sais exactement pourquoi ça s’est mal passé. La prématurité, des suites de couches difficiles et un accompagnement médiocre tout simplement.

Cet allaitement m’a pas mal changé. Je ne parle pas de la forme de mes nichons hein! Étrangement, il m’a aidé à me réapproprier mon corps. Moins de pudeur et plus de confiance en moi.

Pour mon aîné, je clamais haut et fort que donner le biberon c’était comme donner le sein, que le plus important c’était de faire ce qui nous semblait le plus confortable.

Aujourd’hui, je pense toujours qu’il est essentiel de choisir ce qui nous met le plus à l’aise mais j’ai du mal à comprendre qu’on n’essaye pas. Même quelques jours/semaines. Attention, je ne dis pas ça pour faire culpabiliser les mamans qui ont choisi de donner le biberon. Ce n’est absolument pas l’objectif. Certes, je pense que le lait maternel est ce qu’il y a de mieux pour un bébé mais le lait en poudre est aussi très complet, alors pas d’inquiétude.

Non, je souhaite simplement encourager les futures mamans à tenter l’allaitement car c’est tellement magique cette fusion qui s’installe entre notre petit et nous.  Ça peut clairement être épuisant parfois mais quelle satisfaction que de nourrir son enfant avec son propre lait. Les moments de tendresse et d’échange, ses sourires lorsqu’il tète…

Seulement voilà, je commence à doucement ressentir une certaine pression quand à l’arrêt de cette aventure. Et je me sens tirailler face à cette décision.

Il se trouve que j’ai toujours dit que je ne voulais pas allaiter un enfant qui marche ou encore pire, qui parle car ça me mettais mal à l’aise. Il était hors de question que mon enfant traverse la pièce et vienne soulever mon tee shirt en disant ” téter, téter…”

On en dit des conneries parfois…

Little A marche depuis ses 8 mois et demi, me grimpe dessus et me déshabille pour trouver un nichon. Et depuis quelques semaines, il vient me voir et me dit “Tetou” lorsque qu’il veut le sein… Tout ce qui me rebutait, il y a encore 1 an.

Bien sur que je pense à le sevrer mais il exprime une telle satisfaction lorsque je l’allaite que j’ai du mal à me dire que je vais tout arrêter.

Il n’en a plus besoin. Lorsque je ne suis pas là, il s’endort sans, passe toute sa journée sans et s’en passe très bien. Il va entrer en crèche en janvier et l’allaitement ne sera pas un frein à sa bonne adaptation. Quand je suis là par contre, il réclame régulièrement et je sens que ça lui fait du bien. C’est son petit plaisir.

Je sais très bien qu’on est sur la fin de cette aventure mais pourtant cette fin ne se concrétise pas. Mon entourage réagit toujours de la même façon lorsqu’il voit Little A au sein

“IL TÈTE ENCORE!!! TU TROUVES PAS QU’IL EST UN PEU VIEUX POUR ÇA?” 

Non, je ne le trouve pas trop vieux. D’autant qu’il ne veut ni tétine ni biberon donc on fait ce qu’on peut…Mais je sais que je vais devoir clore cette histoire bientôt. Je le ferai quand je serai prête. Les commentaires autour de moi ne m’atteignent pas plus que ça. Bizarrement, ils viennent principalement de ma famille (française) et pas de celle de mon Allemand. Ça me permet de me rendre compte que la mentalité française face à l’allaitement n’a pas tant que ça évolué …Dommage…

Alors voilà…faut-il que je provoque ce sevrage? Faut il que je laisse faire les choses? Est ce que c’est moi qui inconsciemment frêne ce moment?

Je ne sais pas trop où j’en suis, quoi faire…Des conseils?!

%d blogueurs aiment cette page :