Browsing Tag

allaitement

Motherhood

Allaitement long, mon expèrience

27 novembre 2017

Je n’aurais jamais imaginé allaiter mon fils aussi longtemps. Il vient d’avoir 15 mois et je ne pensais pas être capable de produire du lait aussi longtemps.

Je ne pensais dejà pas atteindre les 3 mois alors autant vous dire que 15 mois, c’était inespéré.

Depuis le début, cet allaitement est d’une facilité déconcertante. Comme si c’était quelque chose qui faisait partie de moi et qui était naturel. Pourtant, je me souviens très bien du fiasco qu’a été mon premier allaitement. Mais aujourd’hui, je sais exactement pourquoi ça s’est mal passé. La prématurité, des suites de couches difficiles et un accompagnement médiocre tout simplement.

Cet allaitement m’a pas mal changé. Je ne parle pas de la forme de mes nichons hein! Étrangement, il m’a aidé à me réapproprier mon corps. Moins de pudeur et plus de confiance en moi.

Pour mon aîné, je clamais haut et fort que donner le biberon c’était comme donner le sein, que le plus important c’était de faire ce qui nous semblait le plus confortable.

Aujourd’hui, je pense toujours qu’il est essentiel de choisir ce qui nous met le plus à l’aise mais j’ai du mal à comprendre qu’on n’essaye pas. Même quelques jours/semaines. Attention, je ne dis pas ça pour faire culpabiliser les mamans qui ont choisi de donner le biberon. Ce n’est absolument pas l’objectif. Certes, je pense que le lait maternel est ce qu’il y a de mieux pour un bébé mais le lait en poudre est aussi très complet, alors pas d’inquiétude.

Non, je souhaite simplement encourager les futures mamans à tenter l’allaitement car c’est tellement magique cette fusion qui s’installe entre notre petit et nous.  Ça peut clairement être épuisant parfois mais quelle satisfaction que de nourrir son enfant avec son propre lait. Les moments de tendresse et d’échange, ses sourires lorsqu’il tète…

Seulement voilà, je commence à doucement ressentir une certaine pression quand à l’arrêt de cette aventure. Et je me sens tirailler face à cette décision.

Il se trouve que j’ai toujours dit que je ne voulais pas allaiter un enfant qui marche ou encore pire, qui parle car ça me mettais mal à l’aise. Il était hors de question que mon enfant traverse la pièce et vienne soulever mon tee shirt en disant ” téter, téter…”

On en dit des conneries parfois…

Little A marche depuis ses 8 mois et demi, me grimpe dessus et me déshabille pour trouver un nichon. Et depuis quelques semaines, il vient me voir et me dit “Tetou” lorsque qu’il veut le sein… Tout ce qui me rebutait, il y a encore 1 an.

Bien sur que je pense à le sevrer mais il exprime une telle satisfaction lorsque je l’allaite que j’ai du mal à me dire que je vais tout arrêter.

Il n’en a plus besoin. Lorsque je ne suis pas là, il s’endort sans, passe toute sa journée sans et s’en passe très bien. Il va entrer en crèche en janvier et l’allaitement ne sera pas un frein à sa bonne adaptation. Quand je suis là par contre, il réclame régulièrement et je sens que ça lui fait du bien. C’est son petit plaisir.

Je sais très bien qu’on est sur la fin de cette aventure mais pourtant cette fin ne se concrétise pas. Mon entourage réagit toujours de la même façon lorsqu’il voit Little A au sein

“IL TÈTE ENCORE!!! TU TROUVES PAS QU’IL EST UN PEU VIEUX POUR ÇA?” 

Non, je ne le trouve pas trop vieux. D’autant qu’il ne veut ni tétine ni biberon donc on fait ce qu’on peut…Mais je sais que je vais devoir clore cette histoire bientôt. Je le ferai quand je serai prête. Les commentaires autour de moi ne m’atteignent pas plus que ça. Bizarrement, ils viennent principalement de ma famille (française) et pas de celle de mon Allemand. Ça me permet de me rendre compte que la mentalité française face à l’allaitement n’a pas tant que ça évolué …Dommage…

Alors voilà…faut-il que je provoque ce sevrage? Faut il que je laisse faire les choses? Est ce que c’est moi qui inconsciemment frêne ce moment?

Je ne sais pas trop où j’en suis, quoi faire…Des conseils?!

Coups de coeur

Un manuel d’allaitement simple et illustré, je dis ouiiiiii!

19 octobre 2017

Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas vous raconter ma vie .

Non. En cette semaine mondiale de l’allaitement, je viens plutôt vous demander un coup de pouce.

En tant que maman allaitante, je me suis posée beaucoup de questions surtout au début de mon aventure lactée. Si je faisais bien les choses, si mon bébé mangeait assez, si ma position ou mon rythme pour les tétées étaient bons…Et je ne peux pas dire que les médecins m’aient beaucoup aidée lorsque je doutais.

J’ai découvert les illustrations de Caroline avec cette photo qui était partagée sur Facebook.

Je me suis sentie tellement concernée que j’ai tout de suite cherché à savoir qui se cachait derrière ces illustrations. J’ai commencé par sa page Facebook où j’ai pris connaissance de ce projet de manuel d’allaitement.

Puis sur son site, Tétées entêtées qui met à disposition notamment des fiches pratiques, des témoignages et des conseils pour les mamans ou futures mamans allaitantes. Et enfin, sur Instagram où j’ai récemment appris le lancement de la campagne de financement participatif (du crowdfunding quoi!) afin que ce précieux livre nous soit accessible le plus vite possible!

Ce n’est pas un énième bouquin sur l’allaitement! C’est un manuel complet mais bourré d’humour et facile à lire. Le ton est léger et les informations fiables car l’auteure s’est entourée de bonnes personnes qui valident ses écrits

Je vous invite toutes et tous (oui, vous pouvez aussi vous documenter messieurs) à jeter un oeil à la campagne de crowdfunding du Manuel Très Illustré d’Allaitement pour découvrir le travail de Caroline, de ses collaborateurs et pour éventuellement ajouter votre pierre à l’édifice en participant du montant que vous souhaitez.

La campagne se déroule jusqu’au 29 novembre et à déjà atteint plus de 10% de ses objectifs.

Vous pouvez suivre l’aventure sur Instagram.

Merci à tous <3

Tested

{J’ai testé #22} Le brassard d’allaitement Candide

24 avril 2017

Voilà déjà plus de 7 mois que j’allaite Little A, tout se passe toujours très bien mis à part le fait que mon dos en prend un coup. Et oui, il pèse déjà 8kg, il est où mon tout petit bébé? J’ai régulièrement mal au dos, à l’épaule et j’ai du mal à bien me caler.

Quand Berceau Magique m’a proposé de me faire tester le brassard d’allaitement de la marque Candide, j’ai évidemment accepté, trop contente de pouvoir allaiter mon bébé et être bien installée.

Il suffit juste de le glisser sur son bras et d’y installer la tête de bébé. On peut évidemment s’en servir que l’on allaite ou que l’on donne le biberon.

Il arrive souvent à Little A de s’endormir une fois repus mais pas assez profondément pour que je puisse le mettre dans son lit. Je me retrouve donc coincée pendant 10/15 minutes avec sa tête posée sur mon bras. Et, croyez moi, c’est très long!

C’est à cause de cette situation que je me suis dis que ce brassard pouvait être bien pratique. Et effectivement, ça l’est!

Non seulement ça me soulage le bras mais j’imagine que Little A est aussi plus confortablement installé. Il ne peut pas nous le dire mais entre un bras et un oreiller tout moelleux, je pense qu’il n’y a pas photo.


Évidemment, ce n’est pas un INDISPENSABLE mais c’est un gadget assez utile, un petit bonus.

Mon seul problème mais c’est personnel, c’est que je l’oublie tout le temps. J’y pense souvent trop tard, au moment où je suis déjà bien calée et où Little A est déjà en train de me ruiner le bras et l’épaule.

Mais si vous avez un cerveau plus efficace que le mien, foncez! Vous pouvez le trouver ici.

Famille Motherhood

Comment allaiter quand on est pudique?

12 avril 2017

Je me souviens très bien de la première fois où j’ai du allaiter en public. C’était à l’hôpital, ma copine Léa et son mec sont arrivés pile poil au moment où je devais donner le sein à Mister A. Je les ai prévenu, ils m’ont proposé de sortir pour que j’ai un peu d’intimité, j’ai refusé et je me suis lancée.

Je me rappelle avoir pensé:”Bon sérieusement, j’aime pas montrer mes nichons mais si je commence dès maintenant à vouloir me cacher, je ne vais pas m’en sortir autant filer des biberons tout de suite!”

J’ai donc sorti de manière super discrète un bout de sein et j’ai nourri mon fiston. Bon c’était laborieux, Mister A ne voulait rien faire d’autre que dormir, prématurité oblige, mais j’ai plus ou moins réussi à soulager ma poitrine qui était sur le point d’exploser et le tout sans trop me dévoiler.

Je ne suis pas SUUUUPER pudique, je me balade en maillot sans problème (enfin si les 4kg que je me traîne depuis ma dernière grossesse pouvaient aller voir ailleurs si j’y suis, ça me faciliterait quand même bien les choses) mais toute nue, NO WAY! Alors montrer mes seins, c’était quelque chose qui m’inquiétait. Pas beaucoup, juste un peu…

Heureusement, on se rend très vite compte qu’on est naturellement camouflé par la tête du bébé qui tète. Mais on se retrouve parfois dans des situations où on peut se retrouver un peu exposé.

Il va de soi que ce n’est pas une honte d’allaiter son enfant, ni même d’avoir les seins à l’air mais quand on à pas envie de montrer son anatomie à toute la terre et que ça nous met mal à l’aise, il faut trouver des solutions. Par contre, si vous souhaitez vous cacher car le regard des autres vous gène mais qu’avoir les seins à l’air ne vous pose pas plus de problème que ça, alors gardez les seins à l’air!! On s’en moque des autres!

Comment faire pour ne pas se retrouver les seins à l’air devant beau papa ?

Il y a plusieurs techniques:

– La plus simple selon moi et celle que j’ai adopté c’est de tout simplement poser la main sur la tête de mon fils pendant qu’il tète. Ainsi, si il bouge, ma main est près de ma poitrine, prête à la camoufler ou à réajuster mon t-shirt. Ça permet de ne pas faire sa Sophie Marceau à tout moment.

– Il y a aussi des couvertures d’allaitement. Je n’en ai pas acheté car je me suis mise à la place de mon bébé et manger sous une couverture ça me semblait un peu étouffant mais c’est tout de même plutôt pratique. Bébé est caché et votre poitrine aussi.

– Une autre méthode qui m’a été super utile surtout dans les transports en commun c’est le sling. Tu desserres un peu le noeud et bébé peut se servir tranquillou! Je parle de sling parce qu’on peut bien régler la hauteur du bébé mais j’imagine que ça doit être faisable avec tous les portes bébés. Tout dépend de la hauteur de vos nichons finalement.

– Il y a bien sur les vêtements “fait pour”. Je dois avoir un seul haut d’allaitement, j’ai opté pour le combo débardeur/t-shirt et ça me va très bien. Mais tous les vêtements d’allaitement vous permettront d’allaiter sans avoir à vous débrailler ou à en montrer plus que vous ne le souhaitez.

– Si vous ne voulez/pouvez pas investir dans des accessoires conçues spécialement pour l’allaitement pour pouvez tout simplement utiliser une grande écharpe assez fine pour vous protéger des regards indiscrets et vous sentir moins “à découvert”. Vous avez plus qu’à la nouer sur votre épaule et nourrir votre bébé.

– Et enfin, vous pouvez toujours vous isoler, ne plus sortir de chez vous et ne plus voir personne. Ainsi, vous serez certaine que personne ne viendra vous reluquer…Mais un peu dommage de se priver à cause du regard des autres et de votre pudeur. Si vous êtes prête à opter pour cette dernière option alors je vous conseille le tire-allaitement parce que c’est trop triste de ne plus vivre à cause d’un bout de sein.

À très vite !!

Famille Motherhood

Allaitement: mes “pour” et mes “contre”

16 janvier 2017

breastfeeding

Voilà bientôt 5 mois que j’allaite Little A. Aucun problème depuis le début, comme si ça coulait de source.

Ayant connu les biberons avec Mister A, je peux maintenant me faire une idée de ce qui est le mieux. Et en fait, il n’y a pas de meilleure façon de nourrir son enfant que celle qui permet à maman et à bébé de se sentir bien. Il y a donc autant de meilleures solutions que de mamans sur cette planète.

Cependant, il y a clairement des avantages et des inconvénients que l’on biberonne ou que l’on nichonne.

breastfeeding

Du coté de l’allaitement, par exemple, quel bonheur de ne pas se ruiner en boite de lait! Pas de vaisselle, pas d’oubli à la maison, pas besoin de se lever la nuit. Par contre, dans mon cas, Little A refuse les biberons d’un autre lait que le mien et ne veut pas entendre parler de tétines. Donc quand on est un garde manger et une tétine ambulante c’est pas vraiment possible de s’éloigner plus de 2h de son tout petit. Ça fait 4 mois que j’essaye de me caler un rendez vous chez le coiffeur en vain…

IMG_8793

Quand on donne des biberons, effectivement, on doit les laver, les préparer, acheter le lait, le faire chauffer…mais on peut aussi confier son bébé beaucoup plus facilement. Enfin moins difficilement, on se comprend. C’est peut être un détail mais ça change beaucoup la vie.

Pour entrer dans le vif du sujet, les selles des bébés allaités sont quand même vachement explosives et d’une couleur pas franchement facile à éliminer des petits bodys blancs de nos enfants. Par contre, je rencontre nettement moins le problème du “rot coincé” en allaitant Little A que quand je donnais des biberons à Mister A.

Si si! Little A est en train de manger sur cette photo.

C’est quand même parfois drôlement pratique de donner le sein. Pas obligé de se trimballer tout le matos. L’autre fois par exemple, lors de mon dernier séjour à Paris, j’attendais un bus avec Little A porté en sling. Il a commencé à chouiner alors qu’on avait encore 25 minutes de trajet. Et là, Hop, j’ai desserré le porte bébé, soulevé mon pull, baissé mon tee shirt et, emmitouflé dans mon écharpe, Little A a pu mangé pénard, ni vu ni connu. Non parce qu’a Dresde tu peux sortir tes nichons n’importe où sans problème (par contre si tu sors un biberon, t’es mal vu) mais en pleine banlieue parisienne, t’évites les problèmes même s’il y a des cons partout.

Et puis, l’allaitement t’aide aussi à lutter contre ta pudeur puisque tu as les seins à l’air pratiquement tout le temps.

breastfeeding

L’autre bonus pour les biberons c’est que tu ne te retrouves jamais avec des auréoles mouillées sur tes tee shirt au niveau de la poitrine quand ton bébé à faim.

J’ai quand même cette petite satisfaction secrète de continuer de faire grandir mon bébé comme lorsqu’il était dans mon ventre, grâce à mon propre corps.

breastfeeding

Aujourd’hui, je me retrouve devant un petit dilemme: J’adore allaiter mon fils, c’est vraiment des instants magiques mais j’adore aussi ma liberté…et ne pas pouvoir le faire garder commence doucement à me gonfler. Ne serait ce qu’une soirée par son père, je ne demande pas la lune.

Alors vous me direz:”Mais pourquoi tu tires pas ton lait?” Tout simplement, parce qu’il me faut une journée entière pour tirer un biberon en plus des tétées et que je n’ai pas forcément le temps de me faire traire 10 minutes, 5/6 fois par jour. Donc si vous avez des conseils ou solutions, JE PRENDS !



IMG_8531

IMG_0034

FullSizeRenderj

J’aimerai commencer tout doucement un allaitement mixte mais Little A à l’air assez addict à mes boobs, ne veut pas de lait en poudre et n’est pas fan des biberons. Ça s’annonce plutôt compliqué…affaire à suivre.

Et puis, j’aime tellement sa bouille lorsqu’il mange, lève les yeux vers moi et me sourit tout en tétant<3

Et vous plutôt bib’ ou sein?!

%d blogueurs aiment cette page :