Browsing Tag

allemagne

Lifestyle

Kindergarten allemand VS École maternelle française

11 septembre 2017

Bon si vous me suivez sur Facebook ou sur Insta, vous avez du comprendre que Mister A avait fait sa rentrée au Kindergarten mardi dernier.

Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous faire le récit de sa rentrée, je sais que vous êtes déjà bien assez préoccupés par celles des vôtres. En plus, il n’y a rien à dire de spécial, ça s’est bien passé.

Par contre, on me pose beaucoup de questions sur les différences notables entre l’école maternelle et le Kindergarten. Ce n’est effectivement pas tout à fait le même genre d’établissement même si les enfants qui le fréquentent ont la même tranche d’âge.

Donc pour vous répondre, on va voir quelles sont les principales différences entre la France et l’Allemagne pour nos enfants entre 3 et 6 ans.

MONEY, MONEY, MONEY

On va parler directement du sujet qui fâche. En France, l’école est gratuite et commence lorsque les enfants ont 2,5/3 ans.

En Allemagne, l’école est aussi gratuite et commence à l’âge de 6 ans. Du coup, vous vous doutez bien que le Kindergarten est payant. Environ 200€ par mois + la cantine (75€/mois).

Et oui, c’est l’un des deux points un peu plus négatifs que j’ai noté pour l’instant par rapport au système français.

LA RENTRÉE

En France, tu déposes ton enfant dans sa classe et tu t’en vas qu’il pleure ou non.

En Allemagne, que nenni! C’est plus comme une rentrée à la crèche car il y a 1 à 2 semaines d’adaptation sauf qu’à la crèche c’est un mois. C’est le rêve pour les mamans poules mais c’est un peu l’angoisse quand tu dois faire cette adaptation avec le petit frère sur le dos ou dans les pattes.

 

ACTIVITÉS ET APPRENTISSAGE

En France, les 3 ou 4 ans d’école maternelle ont pour but de préparer tranquillement nos enfants à l’entrée à la grande école: Le CP ! On leur apprend à rester assis derrière un bureau, à écrire leur prénom, à commencer à déchiffrer les lettres mais heureusement, il y a aussi beaucoup de jeux.

En Allemagne, les 3 ou 4 ans de Kindergarten ne préparent pas les enfants d’une manière aussi évidente qu’en France à l’entrée à l’école. Les enfants jouent dehors, dedans. Il y a des salles de construction, des salles d’escalades, des salles d’art…plein d’activités pour développer la motricité et la curiosité de nos petits.

Lors de la dernière année, on commence à leur apprendre à s’installer derrière un bureau, on restreint petit à petit les libertés et on instaure plus de règles.

C’est le deuxième point “négatif” que j’observe. Je ne suis pas encore certaine que mes craintes soient fondées mais je me demande si cette préparation sera suffisante. Je pense que les parents doivent prendre un petit peu plus le relais qu’en France au niveau de l’initiation à la lecture et l’écriture. Ça ne me dérange pas plus que ça mais j’espère qu’on le fera assez bien.

LES REPAS

D’après mes souvenirs (vous me corrigerez si je me trompe), à la cantine française, les enfants s’installent à table et attendent d’être servis. Bien sur, ça doit être différent selon les écoles mais de ce que j’ai entendu autour de moi, c’est souvent comme ça que ça se passe.

En Allemagne, du moins dans le Kindergarten de mon fils et dans celui des enfants de mes copines, les enfants doivent prendre leurs assiettes, leurs verres, leurs couverts et s’installer à table. Puis, on leur depose les plats sur la table et ils doivent se servir. Evidemment, il y a toujours quelqu’un pour les aider ou leur servir à boire. D’ailleurs, on leur propose du thé (aux plantes) ou de l’eau.

Quand j’ai assisté à son premier repas, j’ai tout de suite pensé “Non mais il est trop petit pour faire ça!” Et puis, finalement ce n’est pas si mal puisque tous les jours, il fait un petit mieux que la veille.

Les horaires

À l’école maternelle, la journée commence à 8h et se termine à 16h30. (+ le périscolaire)

Au Kindergarten, c’est comme la crèche, tout dépend des horaires d’ouverture de l’établissement. Vous choisissez en fonction de vos besoins le nombre d’heures où votre enfant y restera. Nous, on a un contrat de 9h/jour mais il n’y restera jamais (sauf galère) plus de 8h, de 8h30 à 16h30. Mais notre Kindergarten est ouvert de 6h30 à 18h.

L’effectif

En France, il y a la maîtresse avec parfois une assistante pour une trentaine d’enfants. (Tout dépend de la où vous vivez, mais c’est une moyenne)

En Allemagne, il y a un adulte pour 10-12 enfants maximum. Ce ne sont pas des instits mais un mélange entre des éducateurs et des auxiliaires de puèriculture.

Propreté

Bien qu’en théorie ce ne soit normalement pas un argument valable pour refuser l’entrée d’un enfant à l’école maternelle, il faut tout de même en pratique qu’il ne porte plus de couche. Au moins la journée.

Au Kindergarten, beaucoup moins de pression. D’ailleurs, tous les enfants de la classe de Mister A ont toujours des couches a part une ou deux petites filles. (Ils ont entre 2,5 ans et 3 ans)

Et ça, c’est quand même le top pour les parents. Passer l’été avant la rentrée sans trembler que votre gnôme fasse dans son pantalon une fois à l’école. Le pied!

J’espère vous avoir apporté quelques infos sur le système “scolaire”  allemand pour les enfants en âge d’aller à l’école maternelle en France.

Comment ça se passe dans l’école de vos enfants? Racontez moi !

Famille

Les poussettes préférées des allemands

21 mars 2017

La France et l’Allemagne ont beau être des pays voisins, on ressent tout de même une sacrée différence dans la vie de tous les jours. Et en matière de puériculture, c’est le même combat!

Je vous avais déjà parlé de l’accouchement en Allemagne, aujourd’hui on va parler poussette aka Kinderwagen. Non parce que les allemands sont bien connus pour leurs supers voitures mais en matière de poussette, ils ne sont pas en reste.

C’est marrant à quel point la mode peut être différente d’un pays à l’autre. Bon bien sur, je suis en Allemagne de l’est, j’imagine que la différence est encore plus accentuée. N’empêche que quand je me balade à Dresde, je ne vois pas du tout les mêmes poussettes que celles que je vois à Paris.

Déjà l’utilisation de la poussette n’est pas la même. Il y en a déjà beaucoup moins car les bébés allemands sont beaucoup plus portés en écharpe/porte bébé que chez nous. Si t’as pas ton Manduca t’es mal vu! Ils laissent aussi leur bébé dans la nacelle bien plus longtemps que nous. Ils les mettent sur le ventre ou même assis dans le landau. Je trouve ça toujours encore un peu bizarre mais je m’adapte. Une autre chose que j’ai remarqué, c’est que les bébés restent face à leur parents dans leur poussette pendant vraiment très longtemps, le plus longtemps possible en fait!

Je disais donc qu’il y avait moins de poussette en Allemagne mais par contre quand poussette, il y a, ce n’est pas n’importe quelle poussette! C’est THE poussette de compétition, toutes options inclues!

Je vais donc vous présenter les 4 poussettes qu’on voit le plus fréquemment ici

  • Les poussettes les plus communes sont du style ABC Design ou Hartan. Un modèle assez bas, costaud et large mais aussi très confortable. En fait, ces poussettes sont conçues pour être le plus confortable possible. Pour bébé bien sur mais aussi pour maman. Elles font un peu tank dans leur genre mais je ne suis pas beaucoup mieux avec ma poussette double. De vrais pneus à la place des roues, un immense panier, une maniabilité démente mais un problème à mes yeux: le poids!

En effet, le confort se paye ici en kilo, cette poussette robuste est aussi super lourde. C’est vrai qu’ici on laisse les poussettes dans le hall de son immeuble sans flipper qu’elles disparaissent. Pas moi, évidemment! J’ai grandi à Paris, trop peur qu’on me pique mes affaires. Mais du coup, t’as pas à descendre la poussette lourde si elle est déjà en bas. Tu vois où je veux en venir…

  • On trouve aussi de nombreuses poussettes/remorques qui peuvent être attachées à un vélo. Ben oui, pédaler ici, c’est la vie! Donc si tu peux rentrer du boulot à vélo tout en allant chercher les enfants au Kindergarten, c’est plutôt pratique!

Sauf peut être quand tu vas faire des courses et que t’as l’impression de pousser un paquebot entre les rayons. Une ou deux places, elles ont également pas mal d’options possibles. J’admets que les grandes roues sont assez pratique pour les rues pavées mais c’est tout de même assez encombrant.

 

  • Sinon la marque de poussette haut de gamme que l’on voit à tous les coins de rue c’est of course la Bugaboo! Caméléon, Bee, Donkey…elles sont partout! Le fait est que la ville est recouverte de pavés, il vaut mieux avoir des pneus tout terrain! Pas la peine de vous présenter la marque, j’imagine que vous connaissez! On parle de la Louboutin de la poussette là!

 

  • Le landau à l’ancienne dit “vintage”. Oui, oui, ça existe encore. Je n’avais vu ce genre de landaus que dans des films ou sur des stands de brocantes mais ici, c’est plutôt commun. Les marques les plus modernes se mettent également au landau old school.

Mais ceux qu’on voit le plus souvent c’est celui qui a été chiné ou récupéré dans le grenier de l’arrière grand mère. Et c’est finalement, ni vraiment confortable, ni vraiment pratique. Bon par contre, tu as la classe en promenant ton enfant!

Sachant que Dresde est la ville allemande où le taux de natalité est le plus important, vous pouvez me faire confiance, des poussettes j’en vois des tonnes !

Alors, laquelle vous choisiriez?!

Travel

La magie de Noël allemande

24 décembre 2015

Noël en Allemagne

Je devrais même dire, la magie de Noël saxonne puisque je vis à Dresde

Ici, les fêtes de Noël, c’est pas de la gnognotte. Alors, bien sur c’est aussi du sérieux chez nous, en France mais les traditions sont clairement différentes.

Lorsque décembre arrive, on aperçoit au fil des jours de plus en plus de schwibbogen.

Vous allez me dire:”Mais qu’est ce que c’est que ce truc, le schwibbogen?”

Ce sont en fait des chandeliers en arc de cercle qui, autrefois, restaient allumés près des fenêtres toute l’année pour que les mineurs retrouvent le chemin de leur maison.

Aujourd’hui, on les allume seulement pendant la période de Noël. Lorsque l’on se promène dans les rues de Dresde en Décembre, on ne peut pas passer à côté de ces jolies lumières. Certains trouveraient ça kitsh, moi j’adore !

Schwibbogen_Fenster (1)

En plus des schwibbogen, on voit aussi fleurir des marchés de Noël à tous les coins de rues. On y trouve de l’artisanat local, à manger mais surtout à boire! Difficile de refuser un bon vin chaud.

Je ne suis pas du tout fan de vin rouge sauf dans la sangria et le vin chaud.( Glühwein comme on l’appelle ici) Ça se boit comme du petit lait et méfiez vous, ça pète la ruche! Après deux ou trois tasses, je suis capable de chanter n’importe quel chant de noël en allemand…alors que je ne parle pas allemand.

IMG_2910

noel

IMG_3166

IMG_3163

IMG_3161

IMG_3159

IMG_3158

IMG_3156

IMG_3154

IMG_3152

IMG_3149

IMG_3148

IMG_3147

IMG_3145

IMG_3137

Le marché de Noël de Dresde (Striezlmarkt) est le plus vieux de l’histoire des marchés de Noël. Il date de 1434 et attire chaque année énoooormément de visiteurs. Trop, je dirais, on ne peut même pas prendre de photos sympas avec tout ce monde.

Striezelmarkt

Striezelmarkt

sfs

IMG_2916

IMG_3172 (1)

IMG_3173 (1)

IMG_3175 (1)

Noel

Voilà un bébé émerveillé!!

J’espère que ces photos vous auront apporté un petit peu de magie. On s’apprête tous à rejoindre nos familles les bras chargés de cadeaux. Je vous souhaite donc un très bon réveillon de Noël à tous. J’espère que vous serez gâtés! Éclatez vous bien le bide et profitez de vos proches.

Love you !!

Mood

Problèmes de communication / Kommunikationsprobleme

29 octobre 2015

him and she

Comme je l’ai déjà dit ici, on parle trois langues à la maison. Certains diront que c’est génial mais en pratique ce n’est pas toujours le cas.

Malentendus, mauvaises interprétations et quiproquos font partie de notre quotidien depuis le début de notre histoire.

Parfois c’est marrant. Parfois pas.

C’est déjà une sacré aventure que de se faire comprendre par son mec lorsque l’on parle la même langue alors imagine ce que je vis. Ou ce qu’il vit.

On m’a dit (il y a pas mal de temps maintenant donc c’est peut être une bêtise mais l’idée est là) que pour parler correctement anglais, il fallait 800 mots alors que pour l’allemand et le français, il en faut au moins 6000. Deux langues très riches pleines de nuances que l’on arrive pas toujours à exprimer en anglais et qui fatalement, entraîne des problèmes de communication.

L’anglais est aussi une langue complexe mais nous ne le parlons pas comme des anglophones natifs, malheureusement.

En pratique, on est régulièrement frustré lorsqu’on veut parler ou décrire quelque chose en détails. Je m’embarque dans des explications à dormir debout, de grandes tirades où je finis par perdre mon interlocuteur plusieurs fois en chemin pour pas grand chose au final.

Mon allemand me dit régulièrement:” So…what’s the point ?”

Ce qui, vois tu, a le don de m’énerver car je viens de passer 10 minutes à expliquer quelque chose dans le vent.

Je prends des cours d’allemand pour pallier ce problème mais j’ai le sentiment que cela ne règlera pas tout. Nous avons, tous les deux, une langue natale différente, une culture différente, des lieux communs différents.

team france allemagne

Je peux vous dire que la première fois qu’il m’a demandé comment j’allais un lendemain de soirée à 8h du mat’ et que je lui ai répondu:” My head is in my ass…”il s’est demandé s’il allait continué à me faire la cour!

Puis, je lui en ai tellement dis, qu’il a fini par trouver ça charmant.

She wants to fart higher than her ass” Elle veut péter plus haut que son cul.

I’m gonna fall in the apples” Je vais tomber dans les pommes.

You push the cork a bit too far” Tu pousses le bouchon un peu trop loin.

Don’t take a nervous shit” Ne fais pas de caca nerveux.

I give my tongue to the cat” Je donne ma langue au chat.

It costs the skin of the buttocks” Ça coûte la peau des fesses.

So, you’ve got the potatoes ?!Alors, t’as la patate ?

Opéra de Sydney janvier 2012

Opéra de Sydney janvier 2012

Et puis, le nombre de fois ou la veille d’un 8 mai ou d’un 11 novembre, je lui lance:” Oh c’est cooool, demain c’est férié!!” et qu’il me répond désespérément:” Marine, combien de fois je vais devoir te dire que les allemands ne fêtent pas leur défaite?!” Ahem!!

annoyed

J’aimerai tellement pouvoir regarder les Visiteurs avec lui et lui crier:” Silence manant ! Ou tu vas prendre une claclaque !”

Mais c’est pas demain la veille !

On verra bien quelles expressions Mister A utilisera. Du franco-allemand. Du frallemand 😉

père et fils

Grossesse

Accoucher en Allemagne

16 octobre 2015

maternite

Après avoir lu de nombreux articles sur l’accouchement en Allemagne, j’ai décidé d’accoucher en France. Pas seulement pour être auprès de ma famille mais surtout pour choisir la manière dont je souhaitais accoucher.

Avant de commencer, je tiens à préciser que je n’ai rien contre l’accouchement naturel. Je l’aurais même tenté si je n’avais pas eu de contractions dans les reins. Je ne veux pas m’attirer les foudres des mamans pro naturel et contre la médicalisation de l’accouchement, loin de là. Qui sait, peut être que si bébé 2 il y a , accouchement naturel il y aura…tant qu’on me laisse le choix !

Aujourd’hui, je souhaitais parler de la maternité en Allemagne car plusieurs éléments me choque.

Depuis que je vis ici, j’ai entendu plusieurs témoignages de femmes ayant eu leur bébé dans un hôpital allemand. Bien sur, ma Belle Mère a eu l’air surprise que je veuille accoucher avec une péridurale mais en même temps le mur de Berlin est tombé depuis un moment, je ne voyais donc pas pourquoi je ne profiterais pas de ce qui était à ma disposition pour vivre ce moment de manière plus confortable.

Je pensais que seules les femmes de la génération de ma Belle mère partageaient cet avis mais apparemment non puisque même les femmes de mon âge font sans péridurale ici. Soit. C’est leur choix.

it hurts

Mais que se passe-t-il lorsqu’une femme souhaite accoucher sans douleur? Peut elle avoir cette fameuse péridurale aussi facilement qu’en France ?

Et bien NON!! Du moins, par toujours et pas partout!

Une copine qui a eu son bébé à Dresde cette année, m’a raconté qu’elle avait supplié l’équipe médicale de la soulager mais que la seule chose qu’on lui ait répondu c’était: “Non Madame, vous n’en avez pas besoin!” Moi, on m’aurait dit ça…

fight

Elle a donc fait sans, traumatisant au passage son mari qui ne l’avait jamais vu comme ça et la dégoûtant presque de l’accouchement. J’imagine le pauvre papa qui a vu hurler sa femme…

Père choqué

Alors oui, l’Allemagne, c’est le top pour les futures mamans qui souhaitent accoucher de manière naturelle mais je dirais que c’est l’enfer pour celles qui souhaitent accoucher sans douleur.

Nous ne sommes pas toutes égales face à la douleur.

Donc en France, on est vivement incité à accepter la péridurale alors qu’en Allemagne, on nous l’interdirait presque. Et si, on nous laissait décider de ce que l’on veut faire pour une fois, ça serait pas mal non ? 

%d blogueurs aiment cette page :