Browsing Tag

hommage

Mood

Une semaine après…

20 novembre 2015

paris

Après la sidération de vendredi et de samedi dernier, je suis passée par beaucoup de sentiments différents cette semaine.

La peur sur le coup, l’incompréhension ensuite. Puis la colère et le chagrin comme tous les français.

Parce qu’il m’a fallu une semaine pour trouver l’envie d’en parler ici mais que les mots ne viennent toujours pas, je préfère à la place vous raconter ma vie. J’adore raconter ma vie.

Fin avril/début mai 2014, j’ai passé un après midi parisien avec une amie australienne. À chaque fois que j’ai la mission de faire visiter Paris à des personnes qui ne  connaissent pas cette ville, je finis par la redécouvrir à mon tour. Beaucoup de parisiens, emportés dans leur routine quotidienne oublient la beauté et la poésie de Paris, c’est un fait.

Ce jour la nous avions marché le long de la Seine depuis Jussieu jusqu’à la Tour Eiffel. Nous avions visité le musée d’Orsay, attaché un cadenas sur le pont des arts, mangé du fromage et des fraises aux jardins des tuileries. Bu une bouteille de champagne aussi. Nous avions aussi squatté le Trocadéro avec cette fois ci une bouteille de blanc. Nous avions profiter de Paris tout simplement.

Bon on est pas obligé de se bourrer la gueule pour profiter de Paris hein mais c’est juste du bonus.

Voici donc quelques clichés de notre après midi

Capture d’écran 2015-11-18 à 21.56.56

Capture d’écran 2015-11-18 à 21.56.44

musée d'orsay danse

Capture d’écran 2015-11-18 à 21.56.32

Capture d’écran 2015-11-18 à 21.54.23

Capture d’écran 2015-11-18 à 21.56.01

FullSizeRender[2]

FullSizeRender[1]

Capture d’écran 2015-11-18 à 21.56.16

FullSizeRender[3]

tour éiffel

Capture d’écran 2015-11-18 à 21.54.39

J’étais enceinte d’une semaine de Mister A et je ne le savais pas. Oui sinon je me serais arrêtée au champagne 😉

Voilà Paris, voilà MON Paris!

J’entends le mot guerre, le mot bombe et plein d’autres horreurs…Finalement, ce que je ressens le plus aujourd’hui c’est une soif de vivre 129 fois plus forte qu’avant.

Mood

À mon oncle…

26 octobre 2015
tonton

Oui, c’est bien moi !

 Vous connaissez le cliché de l’oncle baroudeur/voyageur que l’on trouve dans certaines familles. Et bien moi, j’en ai eu un.

Mon oncle a vécu en Inde, en Thaïlande, au Brésil. Il était marié à une mannequin brésilienne mais vivait à Londres avec une prof d’anglais et travaillait sur le marché de Camden. Oui, un peu WTF !

Cet oncle m’envoyait lui acheter des bières sur le petit marché de Naxos où il vendait ses bijoux, en Grèce. Je pouvais garder la monnaie pour m’acheter des Toblerones si je ne répétais pas à ma mère pour les bières.

Cet oncle complice à qui tu racontes toutes tes premières petites conneries et beuveries pendant qu’il fume son pétard toujours avec sa bière.

Cet oncle qui me disait qu’il avait choisi de prendre sa retraite à 20 ans et de commencer à travailler sérieusement à 45.

Il disait qu’avec la vie qu’il avait eu (dans le sens ou il avait vraiment bien profité),  il était content d’avoir pris sa retraite  pendant qu’il était jeune parce qu’il était sur de ne pas vivre vieux.

” Marine, tu te tues au travail toute ta vie en attendant la retraite et BAM !! Une crise cardiaque, un cancer, …mieux vaut en profiter avant !”

Il avait raison…

Depuis petite, je me prépare psychologiquement à surmonter la mort de ma grand mère, de ma mère…( étrange, je te l’accorde)Mais il était ce genre de personne que l’on imagine pas mourir car on ne l’envisage pas. Il a toujours été là, il est là et il le sera toujours. Comme s’il était éternel…

On a appris ton cancer en novembre.

Tu es mort le 8 mars.

Je suis tombée enceinte le 24 Avril…

Si seulement tu avais pu connaître Mister A… Je suis sûre que tu aurais été un grand oncle formidable.

Je voulais simplement te rendre hommage en publiant le texte que Louise ( ma petite soeur) t’as écrit le jour où on a appris ton départ.

Aujourd’hui t’es parti sans bagages pour un dernier voyage, celui la sera plus long que les autres. On va pas avoir de nouvelles de toi pendant un baille. J’aurais tellement préféré que tu files ton billet à quelqu’un d’autre, à n’importe qui d’autre. J’aurais tellement préféré que tu restes avec nous, pouvoir te serrer dans mes bras, te parler, te regarder. Te dire que je t’aime. J’ai jamais réussi à te le dire de vive voix. C’est pas toujours facile d’aligner trois mots parfois, surtout ceux-là. Mais je t’aime, ça a toujours été le cas et ça le sera toujours. Parce que t’es quelqu’un d’exceptionnel, quelqu’un de génial, quelqu’un d’attachant, quelqu’un de bien, et parce que t’es unique tout simplement. Alors il me reste plus qu’à te souhaiter un bon voyage, te dire qu’ici tout le monde pense à toi et qu’on est pas prêts de t’oublier.

Je t’aime mon vagabond d’Oncle.

tonton

Parce qu’il n’y a pas un jour ou je n’y pense pas.

Parce que je veux qu’on continue à parler de toi.

Parce que je ne crois pas en dieu, même si ça aiderait parfois.

Et puisque peu importe où tu es, je sais que c’est la fiesta.

<3

%d blogueurs aiment cette page :